En descendant le fleuve Sénégal, une histoire de vie

De l’humain dans l’entreprise à l’humain au plus près de la nature, des postes à haut-niveau en France à l’accompagnement des plus démunis au Sénégal… Yves Barou présente un parcours incroyablement riche et atypique, dont le fil rouge est l’engagement pour les autres et la justice sociale. Aujourd’hui, il est auteur-photographe et adresse avec son ami et pair Djibril Sy un vibrant hommage au fleuve Sénégal et à ses gardiens dans leur livre commun Daande Maayo. Pour Living with Rivers, il nous sert de guide pour découvrir ce fleuve, véritable cordon ombilical d’Afrique de l’Ouest. 

Ibrahima, le gardien de la source du fleuve Sénégal dans les montagnes du Fouta Djalon © Yves Barou

Polytechnicien et Docteur en économie, Yves Barou a passé la première partie de sa vie professionnelle dans la haute fonction publique, au ministère de l’Emploi et de la Solidarité puis dans les ressources humaines de grandes entreprises françaises, jusqu’à présider l’Agence nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) et créer le Cercle des DRH européens.

Puis vient la rencontre avec l’Afrique, et le Sénégal en particulier, et une vie désormais partagée entre les deux continents. À sa suite, naît une nouvelle façon de transmettre, par l’image et les mots, en devenant photographe et écrivain. Acteur engagé de longue date dans le social, dans l’entreprise pour qu’elle soit plus humaine et dans la société pour qu’elle ne soit plus une machine à exclure, c’est naturellement l’humain qu’il privilégie dans ses photographies.

Le Pekaan © Yves Barou

Des enfants aux artistes, l’humain au centre

Son premier livre « Enfants du Sénégal – de la rue à l’espoir » (édition Des îlots de résistance) paraît en 2018. Il s’attache au parcours déjà lourd de ces enfants, sortis de la rue et de l’exclusion, grâce à l’association La Liane, qui les accueille et les accompagne. 

L’année suivante, il tourne son objectif vers 80 artistes, représentants de la ville de Saint-Louis, dont il écoute l’histoire, le quotidien souvent dur et le combat, et rend compte des savoir-faire qu’il faut perpétuer. Dans « Effervescences africaines : artistes de Saint-Louis » (éditions Tohubohu), on trouve toujours ce besoin de faire témoigner mais aussi l’ambition, à travers ses mots, de décrire les maux de la société africaine moderne. La singularité de la ville de Saint-Louis, à l’embouchure du fleuve, dotée d’une longue histoire coloniale et « capitale mondiale du métissage », s’y prête. Yves Barou décrit ainsi l’inexorable montée du niveau de la mer qui met en péril la Langue de Barbarie et certains quartiers de la ville, mais aussi des emplois et des vies. Il décrit en outre le sort des migrants, des enfants mendiants et de ces nouvelles générations qui tournent le dos à l’identité de leur ville, voire fuient pour l’Europe. 

Saint-Louis © Yves Barou

Au fil de l’eau, en descendant le fleuve Sénégal

En octobre 2020, Yves Barou signe avec Djibril Sy, photographe pour la presse, artiste et enseignant des beaux-arts, le livre « Daande Maayo – en descendant le fleuve Sénégal ». L’amour qu’il porte au Sénégal est en effet inextricablement lié à celui de son fleuve, qui draîne la vie dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Djibril vit à Saint-Louis, où il a posé son studio-photo. Ensemble, ils ont parcouru les 1 800 km du linéaire du fleuve, à la recherche d’ambiances, de récits, de couleurs. Un voyage daande maayo (au fil de l’eau en peulh), en images et en textes : du Fouta Djallon – le château d’eau de la région, en Guinée, où le fleuve Sénégal prend sa source – jusqu’à son embouchure, à Saint-Louis, en passant par le Mali et la Mauritanie.

On a voulu voir ce qu’il y a le long de ce fleuve, en commençant par la source, un peu mystérieuse, lointaine.

Yves Barou

Ce livre interroge l’histoire du fleuve, ses enjeux actuels, de l’énergie à la mise en navigation, en passant par le climat et le développement. Il est ouvert aux témoignages de riverains, chefs de village, agriculteurs, etc. et aux décryptages d’experts à qui ils ont fait appel. « Il nous fallait des guides pour aller au-delà de la parole des gens que l’on rencontre. La photo est subjective, personnelle. Pour la comprendre, il faut aller plus loin grâce à des éclairages historiques, géographiques, climatiques… ».

Djibril souhaite, quant à lui, offrir ce livre aux jeunes comme une invitation à un voyage intérieur, dans ce pays natal dont ils ignorent les richesses et qu’ils quittent pour des promesses de meilleur avenir : « les images que je fais doivent les faire rêver et leur montrer qu’il y a des perspectives ici. Grâce au fleuve, ils peuvent voyager à l’intérieur du pays et découvrir des choses au lieu de perdre leurs illusions. »

Galerie Photos

Les chutes – ©Yves Barou

Le barrage – ©Yves Barou

Bafing et Bakoye – ©Yves Barou

La recherche de l’eau – ©Yves Barou

Au fil de l’eau – ©Yves Barou

Tokomadji – ©Yves Barou

Morphil – ©Yves Barou

Podor – ©Yves Barou

La Langue de Barbarie – ©Yves Barou

L’embouchure – ©Yves Barou

Daande Maayo, par Yves Barou et Djibril Sy

Ce livre est vendu au bénéfice de l’ONG La Liane, association de solidarité internationale basée à Saint-Louis qui accueille des jeunes en difficultés et des femmes. Plus d’informations.

Retrouvez la sélection de photos que nous a préparée Yves sur le compte Instagram Living with Rivers :  des lieux, des personnes rencontrées en descendant le fleuve Sénégal, et leurs histoires. 

2 MIN
S’immerger
Festival

Living with Rivers : une soirée inédite de mobilisation pour les fleuves !

Le 27 octobre à 19h, IAGF et le musée des Confluences vous invitent à participer à la soirée de clôture de la mobilisation Living with Rivers. Une soirée inédite et interactive qui réunira artistes et experts des fleuves, avec des duplex depuis le Rhône, le Saint-Laurent et le Sénégal.
Lire la suite
1 MIN
S'étonner
Rhône Article

Histoire d’Ondes : comment le Marais de Vaux revient à la vie !

En mai 2022, l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse publiait le récit extraordinaire du marais de Vaux, dans l'Ain. Plus grande zone humide du Bugey, cette tourbière située à 760 mètres d'altitude abrite plus de 160 espèces végétales. Mais celle-ci était en grand danger, jusqu'à ce qu'elle bénéficie en 1992 d'un premier plan de gestion, et en 2018 d'un programme de renaturation ambitieux.
Lire la suite
1 MIN
Ressentir
Rhône Podcast

PODCAST : La renaissance du Rhône

Au coeur de Lyon coule le fleuve Rhône. Bernard Pont le connaît bien. Il travaille pour la réserve naturelle de l'île de la Platière près de Valence depuis trente ans. Il raconte sa quête pour redonner au Rhône sa vraie nature.
Lire la suite
VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS